La Conf'


Affiche par Lucy Nuzit lux.polypous.tk

Le texte alléchant:

Et qu’est-ce que tu veux faire quand tu sera grand?
Tout petit déjà, on a essayé de me faire comprendre qu’il fallait AB-SO-LU-MENT avoir un projet professionnel. Apparemment je suis pas le seul et pourtant…
Je peux pas m’empêcher de penser que 5 ans ça fait tôt pour se projeter dans la perspective du marché du travail. C’est pourquoi je me sers de cette conférence gesticulée pour reprendre la réflexion sur le travail, la production, son organisation capitaliste et les alternatives réelles ou supposées que j’ai pu rencontrer ainsi que quelques légers apports théoriques.

 
 

la faute à qui?


Si les conférences gesticulées vous intéressent, que vous voulez en savoir plus, ou que vous vous souhaiter vous renseigner sur l'éducation populaire politique ; visitez donc le site de l'Étincelle.

L'Étincelle

Pour une éducation populaire politique

La conférence gesticulée c’est l’histoire d’une femme / d’un homme qui monte sur une scène pour porter une parole politique.

Pas forcément une scène ; ça peut-être un coin de bistrot, une salle municipale, une classe, un hall d’immeuble, sur une place, dans la rue… Un lieu.
Avec des personnes rassemblées autour d’un espace, accueillant un travail d’écriture mis en scène par le/la conférencier-e.

Ça peut-être du théâtre mais ça n’en est pas nécessairement.

Pas n’importe qu’elle parole ; on cause de son histoire, de ses idées, de celles qu’on a lues, de celles que l’on a envie de partager… Un point de vue situé.
Avec des théories incarnées on raconte, on n’explique pas, on ne fait l’économie ni de soi, ni de la complexité de la société.

Ça peut-être n’importe qui, car tout le monde pense le et la politique

 

 

Toujours politique, jamais neutre ; ça questionne nos croyances, travaille nos contradictions, nous oblige à prendre position… Une visée de transformation sociale.
Pas simplement pour la liberté d’expression, mais pour comprendre et agir sur le monde tel qu’il est et tel que nous voulons qu’il soit.

Une conf’ c’est un objet spectaculaire, qui incarne des analyses théoriques dans un récit de vie issue de l’expérience du/de la conférencier-e se construisant comme sujet politique en prenant position au sein des rapports sociaux et en proposant des possibles afin de transformer la société en vue de la rendre plus égalitaire, et donc la plus démocratique possible.

Dans les faits, il s’agit d’un travail d’écriture, mêlant introspection et recherche-action, mis en corps et en récit. Nous parlons d’un tressage des savoirs ; issue de notre vécu, de nos lectures, de nos cogitations comme de nos émotions. L’esthétisation est nécessaire pour rendre sensible ce que nous nommons l’émotion politique ; ce qui nous touche sans nous apitoyer, ce qui nous révolte sans nous rendre impuissant.